La Tourelle, Résidence Léonard Gille, 24 rue de Picardie, Vire, 14500 VIRE-NORMANDIE • Tél./Fax : 02 31 66 10 02 Contact  Contact mail English version version francaise

AccueilHistoire > Le culte à saint Michel

Itinéraire culturel du Conseil de l´Europe
Conseil de l´Europe

Le culte à saint Michel

« Prince de la milice céleste » , l’archange saint Michel, dont le nom signifie « Qui est comme Dieu ? » est le premier des archanges.

Il est celui qui dans l’Apocalypse de saint Jean précipite Satan et ses anges rebelles dans l’abîme.

Protecteur du peuple hébreu dans l’Ancien Testament, il est devenu le défenseur de l’Eglise et de la France. Mais aux yeux des hommes inquiets de leur salut dans l’Au-delà, l’Archange est un protecteur idéal car prévôt du Paradis, il est celui qui pèse les âmes au jour du Jugement.

L’iconographie abondante de saint Michel illustre cette double fonction. Peseur des âmes, il est représenté aux portes du Ciel, la balance à la main séparant les élus des damnés.

Guerrier, il terrasse le Démon sous la forme d’un dragon à mi-chemin entre l’homme et la Bête. Jusqu’au XIVe siècle, l’Archange, le regard lointain, est représenté en aube, armé d’une lance et d’un écu.

Au XVe siècle, saint Michel, dont le célèbre sanctuaire a résisté aux assauts des Anglais lors de la Guerre de Cent ans, revêt la tenue militaire du chevalier. Il brandit l’épée de la main droite et de la main gauche, il tient l’écu qui le protège des attaques de la Bête, se débattant sous ses pieds. L’Archange est souvent représenté sous les traits d’un jeune homme imberbe, image de perfection et de jeunesse.

La Renaissance et l’époque Classique (XVIIe-XVIIIe siècles) le représentent, « à l’Antique », revêtu du costume militaire romain.

Originaire d’Orient, le culte de saint Michel s’est répandu à Byzance puis en Italie où le pape Grégoire le Grand lui consacre, à la suite d’une vision, le Château Saint-Ange à Rome.

Mais le sanctuaire italien le plus important, le Monte Gargano, se trouve dans le sud de la péninsule (les Pouilles). Ce lieu de culte, consacré le 8 mai 492, inspira un grand nombre de sanctuaires dont le Mont-Saint-Michel lui-même.

A l’image du Michael’s Mount en Cornouailles, de la Sacra di San Michele dans le Piémont ou de la chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe au Puy-en-Velay, les lieux dédiés à l’Archange se trouvent ainsi sur des sites élevés, à mi-chemin entre le ciel et la terre.

Mais c’est avec le sanctuaire normand, construit aux confins de l’Occident, que le culte à saint Michel connaîtra son développement le plus extraordinaire.

L’association | Histoire | Réseau européen | Les chemins | Les infos pratiques | La boutique | Les événements | Liens utiles | Vos témoignages |

Plan du site  |   Mentions légales  |   Deontologie