La Tourelle, Résidence Léonard Gille, 24 rue de Picardie, Vire, 14500 VIRE-NORMANDIE • Tél./Fax : 02 31 66 10 02 Contact  Contact mail English version version francaise

AccueilHistoire > Le Mont-Saint-Michel, sanctuaire

Itinéraire culturel du Conseil de l´Europe
Conseil de l´Europe

Le Mont-Saint-Michel, sanctuaire

La légende raconte comment l’archange saint Michel apparut trois fois en songe à l’évêque d’Avranches Aubert pour lui demander d’édifier au sommet du « Mont Tombe » une église en son honneur.

Construite sur le modèle du sanctuaire italien du Monte Gargano (Ve siècle), cette première église fut consacrée par l’évêque le 16 octobre 709 et, desservie par douze prêtres ; elle attira très vite un grand nombre de pèlerins.

En 966, le duc de Normandie Richard 1er remplaça ces prêtres par des moines bénédictins venus de l’abbaye de Saint-Wandrille près de Rouen.
Visitée par les rois et par les foules venues de toute l’Europe, l’abbaye connaît au Moyen-Age une grande renomée.

Les formidables constructions entreprises entre le XIe et le XVe siècle témoignent de sa prospérité. Elle fut aussi ravagée à plusieurs reprises par le feu du ciel et la fureur des hommes.

Assiégé en vain par les Anglais pendant près de trente ans, le Mont-Saint-Michel, défendu par cent dix-neuf chevaliers, fut, durant la Guerre de Cent Ans, considéré comme le symbole héroïque de la résistance nationale.

Mais à partir du milieu du XVIe siècle, le Mont perd de son intérêt militaire et religieux. Malgré sa réforme en 1622 par la congrégation de Saint-Maur, l’abbaye n’abrite plus qu’une poignée de religieux et quelques prisonniers enfermés sur lettre de cachet dans la « bastille des mers ».

La Révolution chassa en 1790 les moines et fit du « Mont libre » une prison pour les prêtres réfractaires. Prison d’Etat jusqu’en 1863, l’abbaye saccagée abrita plusieurs centaines de prisonniers dans des conditions épouvantables.

Classée Monument historique en 1874, l’abbaye est enfin restaurée. Elèves de Viollet-Le-Duc, les architectes Corroyer, Petitgrand et Gout se succèdent à la tête de ce vaste chantier, achevant en 1897 la silhouette du Mont par une fine flèche néogothique surmontée de la statue de l’Archange du sculpteur Frémiet.

Relié à la côte par une digue en 1878, le village connaît un renouveau spectaculaire avec le développement du tourisme, renouveau spirituel enfin avec les célébrations du millénaire monastique en 1966 et l’installation en 1969 d’une petite communauté religieuse dans l’abbaye.

L’association | Histoire | Réseau européen | Les chemins | Les infos pratiques | La boutique | Les événements | Liens utiles | Vos témoignages |

Plan du site  |   Mentions légales  |   Deontologie